Outils personnels
Vous êtes ici : Accueil / Documents / Programme de politique générale 2013-2018 / Considérations générales
Actions sur le document

Considérations générales

Toute personne a droit à l’aide sociale. Celle-ci a pour but de permettre à chacun de mener une vie conforme à la dignité humaine. Le CPAS assure cette aide, de façon individuelle ou collective, sous des formes variées et joue un rôle essentiel dans la lutte contre la pauvreté. L’augmentation des phénomènes d’exclusion sociale place les CPAS au cœur des politiques sociales locales.

Force est de constater que les domaines d’action des CPAS sont très larges et concernent notamment : l’octroi du revenu d’intégration sociale et de l’aide équivalente ; l’accès aux soins de santé ; le trajet d’intégration sociale vers le marché de l’emploi, partant de l’alphabétisation et en passant par la détermination d’un projet, l’apprentissage et la formation sous toutes ses formes pour aboutir à une recherche active d’emploi.

Un des piliers de la politique d’activation consiste en un accompagnement individualisé des jeunes (18-25 ans, mission obligatoire du CPAS). L’autorité du CPAS est convaincue que l’obtention d’un diplôme ou la validation d’une formation qualifiante sont les meilleurs gages et tremplins vers l’emploi. Pour aider les jeunes à devenir autonomes tout en leur permettant de mener une vie conforme à la dignité humaine, le CPAS développera un projet de kots étudiants dans les environs du Relais, la maison d’accueil gérée par le Centre. L’accès sera réservé aux jeunes suivis par le CPAS dans un trajet d’intégration sociale. Le Centre compte déployer une politique active pour aider les chercheurs d’emploi à décrocher des contrats de travail, notamment

  • en engageant un prospecteur d’entreprises, en développant une filière entre CPAS, associations, projets d’économie sociale et entreprises privées, ce qui mènera à terme à des emplois durables et de qualité ;
  • en nouant des liens avec les centres bruxellois d’entreprises et Actiris et en remobilisant ses usagers.

En outre, la politique d’insertion via l’outil Article 60§7 (la mise à l’emploi d’un usager bénéficiant d’un RIS ou équivalent), son maintien ainsi que le développement de projets en matière d’économie sociale, est un pilier des axes politiques que le CPAS compte développer durant la législature. Le CPAS continuera aussi à œuvrer dans le domaine de la validation des compétences qui permet la reconnaissance de compétences acquises par les personnes dans un cadre tant professionnel qu’extra-professionnel.

Les travailleurs sont en contact permanent avec le public, qu’il s’agisse des assistants sociaux, des stewards, du personnel de l’accueil, du personnel soignant à la maison de repos, du personnel du service d’aide à domicile ou celui des repas à domicile ou même du personnel administratif. Ces travailleurs vont pouvoir bénéficier de formations animées par des professionnels. Le Centre compte également poursuivre le développement de sa politique dynamique de ressources humaines, en travaillant sur les valeurs de professionnalisme, de communication, d’interaction et de coordination en faveur des publics défavorisés.

Le CPAS ne peut agir seul, vu la complexité des demandes sociales. Son action doit être coordonnée, intégrée et globale sur la commune. Pour favoriser un travail en réseau avec des partenaires externes, des coordinations sociales seront mises en place par le CPAS en plusieurs domaines, notamment la santé, l’alphabétisation et l’aide sociale individuelle. Les partenaires publics et associatifs seront impliqués dans ce travail en réseau. Le CPAS collaborera également avec le service Logement de la Commune et continuera à soutenir l’agence immobilière sociale La MAIS. D’autres synergies avec la Commune seront recherchées notamment en matière de marchés publics.

La baisse du pouvoir d’achat des ménages, le coût du loyer et d’autres difficultés financières mènent souvent les familles vers l’endettement. Ces situations demandent un véritable travail d’analyse de la situation juridique et sociale des personnes endettées. Le nombre de dossiers ne cesse d’augmenter et le service Gestion et Médiation de Dettes se voit obligé de constituer des listes d’attentes.

N’oublions pas la prise en charge par le Centre des personnes âgées sur le territoire de notre commune: pour les personnes valides par sa politique de maintien à domicile (aides familiales, aides ménagères, centre de rencontre et repas chauds) ainsi que par des formes alternatives de logement (maisons Kangourou et dans le futur des résidences-flats et appartements assistés) ; pour les personnes moins valides par la politique qu’il mène en matière de placement en maison de repos et maison de repos et soins, de centres de jour ou encore de logement d’habitat solidaire. Ainsi, une troisième tournée de repas à domicile est prévue de même que l’ouverture de la cafétéria de la Résidence Arcadia aux habitants du quartier pour les repas de midi.

Près d’un tiers des résidants dans notre maison de repos sont des personnes âgées réputées autonomes (échelle Katz), ce qui indique un manque de diversification de l’offre de services aux aînés. Il y a d’une part le problème régional du logement à Bruxelles et d’autre part il n’y a eu, par le passé, que trop peu d’investissements dans les formes alternatives de logement pour personnes âgées. Les maisons Kangourou exceptées, aucune forme de résidences flats n’est prévue actuellement, ni d’appartements assistés (cfr. Andromède à Woluwe-Saint-Lambert). L’autorité du CPAS explorera ces pistes et s’engage à réaliser une offre suffisante pour les personnes âgées. Enfin, le Centre prévoit de créer au moins un centre de rencontre. Il se situera dans le quartier Duchesse.

© CPAS de Molenbeek-Saint-Jean - Rue Alphonse Vandenpeereboom 14 - 1080 Bruxelles
Tel.: 02/412.53.11 - E-mail: cpas.ocmw.1080@molenbeek.irisnet.be

Created and hosted by CIRB - Disclaimer