Outils personnels
Vous êtes ici : Accueil / Documents / Programme de politique générale 2013-2018 / Action sociale
Actions sur le document

Action sociale

 Contexte

Aide sociale

Service social

Logement

Epanouissement socioculturel

Coordination sociale

Contexte

Tous les indicateurs relatifs à la pauvreté sont alarmants :

  • plus de 15 % des habitants de notre pays et 18,7 % des enfants vivent en-dessous du seuil de pauvreté ;
  • plus de 340.000 personnes n'arrivent pas à rembourser leurs crédits ;
  • plus de 100.000 familles sont en cours de procédure en règlement collectif de dettes ;
  • le nombre de bénéficiaires du revenu d'intégration dépasse les 95.000 ;
  • plus de 26.000 personnes bénéficient du revenu d’intégration sociale équivalent ;
  • plus de 18.000 familles ont été menacées d'expulsion au cours de l'année dernière ;
  • la pauvreté touche un public de plus en plus varié et jeune et de jeunes ;
  • de plus en plus de personnes font appel au CPAS pour différentes formes d’aide sociale.

Les CPAS réalisent déjà beaucoup d'efforts pour faire face à la pauvreté grandissante, mais seule une approche de la part de l’ensemble des autorités du pays permettra d'affronter ce défi. En effet, le droit à une vie conforme à la dignité humaine constitue un droit de base qui requiert un engagement de chaque niveau de pouvoir.

Il n’en est pas moins pour Molenbeek. Ainsi près de 4000 personnes bénéficient du revenu d’intégration ; environ 1300 personnes bénéficient de l’aide sociale équivalente. Les jeunes de moins de 25 ans représentent un tiers du public.

Le CPAS aide environ 11 % de la population si l’on tient compte des différentes formes d’aide sociale (aide financière, repas à domicile, hébergement en institution, colis alimentaire, recherche d’emploi, accompagnement des exclus du chômage, etc.).

Retourner en haut de la page

Aide sociale

Les CPAS ont l’obligation de fournir à chacun les moyens de vivre dignement. Ces moyens sont variés, l’aide sociale pouvant revêtir différentes formes. L’article 57 de la loi organique précise que « l’aide peut être matérielle, sociale, médicale, médico-sociale ou psychologique et l’article 60§3 ajoute que « l’aide matérielle est accordée par le CPAS sous la forme la plus appropriée ».

On s’attardera ici à deux formes spécifiques d’aide sociale : la politique santé du CPAS de Molenbeek-Saint-Jean d’une part et la problématique de l’endettement et de l’énergie d’autre part.

Politique en matière de santé

Les autorités du Centre souhaitent maintenir pour toute la durée de la législature les choix suivants :

  • fidéliser les bénéficiaires de la carte médicale à un médecin généraliste et à un pharmacien à choisir dans une liste arrêtée par le Centre (principe du dossier médical global) ;
  • inviter les prescripteurs à favoriser les médicaments les moins onéreux, le plus souvent les génériques, notamment par la gestion d’une propre officine, par le contrôle par le médecin conseil du CPAS du respect des conventions conclues avec les médecins et par les éventuelles ruptures de ces conventions ;
  • développer en collaboration avec les autres grands CPAS bruxellois une politique de santé de qualité tout en restant attentif à la responsabilisation des usagers du CPAS (la révision de la liste des médicaments D, la collaboration et la coordination avec les hôpitaux publics).

Afin de promouvoir une médecine de qualité, le CPAS collabore avec les médecins généralistes exerçant sur le territoire de la commune et reprendra donc la coordination santé. Le choix des collaborateurs est guidé par la pratique d’une médecine basée sur une relation humaine et personnalisée avec le patient dans le respect d’une confiance réciproque, la sensibilité aux questions d’accessibilité et aux aspects culturels de la santé et de la maladie.

Attentif aussi à l’intégration des femmes d’origine étrangère, le Centre a conclu une convention avec un Centre de Planning Familial au sein duquel les consultations gynécologiques sont assurées par une femme, médecin généraliste.

Soucieux d’un accueil et d’une écoute spécialisée, d’une prise en charge psychothérapeutique, d’un traitement et d’une guidance psychosociale des maladies mentales, le Centre collabore, par le biais d’une convention, avec deux centres spécialisés dans ces traitements.

Ces différentes initiatives devront conduire à une amélioration de l’efficacité des soins médicaux par un accompagnement médical à long terme, impliquant une gestion globale de la santé tout en veillant à une meilleure maîtrise des dépenses.

Parallèlement à cette politique de réduction des barrières financières à se faire soigner, le CPAS souhaite développer des coopérations en matière de prévention et promotion de la santé, notamment avec la Commune (échevinat de l'action sociale et de la santé).

Enfin, le CPAS aura comme objectif majeur de renforcer sa position en tant que prestataire de soins à part entière (en plus de la gestion de la maison de repos et de soins) avec l'acquisition d'une officine pharmaceutique ouverte au public. Ce projet devrait permettre au CPAS de mieux rencontrer les besoins de son public et d'enrichir son expertise dans le domaine médico-pharmaceutique.

Retourner en haut de la page

Énergie et endettement

Garantir le droit à l’énergie est un enjeu de plus en plus important et présent en Région bruxelloise. La hausse des prix énergétiques et la libéralisation des marchés du gaz et de l’électricité constituent des préoccupations majeures au sein de la population et encore plus pour les personnes en situation de précarité sociale et financière.

La Région de Bruxelles-Capitale, au travers de l’ordonnance du 14/12/2006 relative à la libéralisation des marchés de l’énergie, du gaz et de l’électricité, a instauré une série d’obligations pour les services publics visant à assurer aux consommateurs bruxellois un service de qualité et à protéger les consommateurs les plus vulnérables. Ces mesures sociales sont les procédures en cas de défaut de paiement, de statut de client protégé, de fournitures minimales garanties en électricité et la possibilité, pour les CPAS, de demander la suppression du limiteur de puissance de 1380 watts, de la suspension des fermetures pendant la période hivernale et de la fermeture des compteurs exclusivement sur base d’une décision judiciaire.

Obtenir l’application correcte du tarif social en faveur des personnes qui répondent aux conditions, et ce par l’ensemble des fournisseurs, représente une lourde charge de travail pour les CPAS. N’oublions pas le travail d’accompagnement, car une dette en matière d’énergie indique généralement aussi l’existence d’autres dettes. Le surendettement des familles est un véritable fléau auquel le CPAS est confronté quotidiennement. Le grand nombre de demandes individuelles à traiter par le service Gestion et Médiation de Dettes (environ 850 dossiers en moyenne) requiert un temps de travail social qui est accompagné d’un volet préventif (soit par une approche collective, soit par une approche individuelle : ateliers, journées Énergie, accès à l’épicerie sociale Amphora, guidance budgétaire).

Des ateliers de prévention du surendettement ont déjà été organisés dans le passé, à l’initiative du service Gestion et Médiation de Dettes. Les objectifs étaient d’encourager la réflexion et l’analyse des participants par rapport à la notion d’épargne et les crédits de consommation, et dans le même temps, les inviter à avoir un esprit critique par rapport aux politiques commerciales et aux techniques de marketing (des crédits notamment). Le public visé était essentiellement des personnes engagées sous l’article 60§7. Il s’agira à l’avenir - en abordant des thèmes liés à la consommation d’eau, de gaz et d’électricité, la gestion du budget du ménage, l’alimentation et la santé - d’impliquer fortement les citoyens dans des ateliers consacrés à ces problématiques. Le but est de sensibiliser les participants aux économies d’énergie et à leur incidence sur le budget des ménages, au respect de l’environnement et aux chausse-trapes liées au crédit à la consommation.

Une liste d’attente d’environ 600 demandes d’aide justifie le regroupement du service Gestion et Médiation de Dettes et de la cellule Prévention en Énergie en un seul et unique service et permettra une meilleure approche globale de la problématique. Le service sera renforcé de deux médiateurs en 2014. En fonction de la demande, le Centre renforcera davantage, si nécessaire, ce service au cours de la mandature.

Retourner en haut de la page

Service social

Crise économique, exclusions sociales,… Au risque de se répéter, le service social est et demeurera l’entité catalysateur des phénomènes de précarisation de notre société et en particulier de la population de notre commune. La préoccupation première et la priorité des autorités du Centre, sans préjuger des évolutions de la demande d’aide pour les années futures, sera de veiller à un maintien de l’offre du service social face aux demandes du public, tout en veillant d’une part, à œuvrer pour une charge de travail acceptable pour les travailleurs et d’autre part, à augmenter l’offre d’accompagnement de l’usager dans son parcours au CPAS.

Le propre du travail social en CPAS se base sur l’analyse des données de fait. Ces données doivent aussi être mises en lien avec les données légales des usagers (domicile, changement d’adresse, composition de ménage, déclaration Dimona – mise au travail,…), accessibles via la Banque Carrefour de la Sécurité Sociale (BCSS). Une première mesure prise par le Centre pour alléger pour peu le travail social est la création du département Affaires civiles qui aura en charge la collecte et l’enregistrement des données administratives des usagers.

La moyenne actuelle des dossiers se situe à près de 100 dossiers/assistant social pour l’ensemble des sept équipes du service social général. Cette moyenne est élevée et il n’est pas souhaitable de la maintenir à long terme. Nous pouvons constater que cette moyenne des dossiers ne permet pas, dans de nombreux cas, de respecter le délai légal de traitement d’une demande d’aide (30 jours), ce qui a pour conséquence un retard de réponse d’aide pour les usagers (désarroi, violence) mais ce retard engendre également des sanctions, redressements, refus de remboursement de la part du SPP Intégration sociale, etc.

Cette moyenne de dossiers a aussi comme conséquence d’augmenter la charge psycho-sociale chez l’assistant social : les situations sont parfois lourdes à porter et des réunions régulières de « pratique professionnelle » sont nécessaires pour permettre aux assistants sociaux d’échanger entre eux la façon dont ils abordent des situations problématiques. Il s’agit d’une sorte de « soupape » permettant de faire descendre la pression et de pouvoir continuer à assurer un suivi quotidien des dossiers sociaux. Le Centre demeurera attentif à d’éventuelles situations de crise dans ce domaine.

En guise de conclusion, il est opportun de prévoir une augmentation annuelle de 3 ETP pour les besoins du service social.

Retourner en haut de la page

Logement

Comme déjà mentionné ci-dessus, les CPAS ont l’obligation de fournir à chacun les moyens de vivre dignement. L’article 57 de la loi organique précise que « l’aide peut être matérielle, sociale, médicale, médico-sociale ou psychologique » et l’article 60§3 ajoute que « l’aide matérielle est accordée par le CPAS sous la forme la plus appropriée ».

L’aide matérielle peut par exemple prendre la forme d’une aide au logement : aide à la constitution ou au paiement de la garantie locative, intervention dans le loyer, accompagnement dans la recherche d’un logement, octroi d’une prime d’installation pour les personnes qui perdent leur qualité de sans-abri, aide au relogement en cas d’expulsion, etc. Le droit à un logement décent, inscrit dans la Constitution, est une dimension du droit à l’aide sociale.

Le CPAS propose en effet des aides diverses au niveau du logement et met certains logements à disposition de publics-cibles, notamment via un hébergement temporaire dans sa maison d’accueil Le Relais, dans des logements de transit situés rue Vandenboogaerde 61 ou dans un appartement pour situation urgente situé rue Laekenveld 20. Le CPAS participe également aux comités d’attribution des logements communaux et continue à collaborer avec la Commune dans le cadre de la lutte contre les marchands de sommeil. Le CPAS sera attentif aux cas des personnes illégales qui logeraient dans des logements insalubres.

Le CPAS collaborera également avec la Commune dans le cadre de la création d’un guichet unique Logement sur le territoire de Molenbeek-Saint-Jean. Le CPAS gérera aussi des logements solidaires et intergénérationnels (8 à 10 logements) développés par la Commune, par une prise en gestion sociale par le CPAS, et enfin, les logements Kangourous qui seront maintenus.

Retourner en haut de la page

Épanouissement socioculturel

La nouvelle mandature sera l’occasion de redéployer l’activité du service Culture et Loisirs au regard des contingences liées au futur FSE (Fonds social européen) fédéral orienté sur l’activation sociale (2014-2020) mais aussi de redynamiser sa collaboration avec les opérateurs locaux dans le cadre de sa politique sociale et culturelle.

Puisqu’il est nécessaire d’offrir aux personnes socialement fragilisées et isolées un type d’accompagnement intensif afin de stabiliser leur situation sociale, il sera opportun de développer une politique d’activation sociale sur trois axes :

  • la mise en place de formations spécifiques :

- l’alphabétisation :
La question de la participation au regard de la langue est un vecteur important pour le CPAS. Un appel à projet serait lancé par le CPAS pour soutenir les projets innovants en matière d’alphabétisation sociale. 

- la lutte contre la fracture numérique :
Depuis de nombreuses années, le CPAS investit dans une politique de lutte contre la fracture numérique. Elle se caractérise notamment par la gestion de cinq espaces numériques dans les locaux du CPAS et le soutien à la création d’une boutique informatique à Molenbeek. En 2013, une cellule Lutte contre la Fracture numérique a été constituée. Cette cellule a pour mission de gérer les espaces numériques développés au sein du Centre, en organisant l’occupation des lieux et en veillant au matériel informatique mis à disposition du public. Elle apporte également un soutien aux services sociaux, dans l’élaboration d’un accompagnement social spécifique incluant l’approche de l’outil informatique et de l’accès à l’Internet. Elle organise ainsi des séances d’initiation à l’outil informatique et à l’accès à l’Internet, au sein des espaces numériques.

  • le soutien dans la résolution de problèmes sociaux :

- Le soutien à la recherche de logement :
Le pôle Logement mettra en place des modules pour les usagers rencontrant des difficultés importantes liées à l’accès ou au maintien d’un logement adapté ;

- La question budgétaire sera abordée/consolidée par le renforcement de la collaboration entre le service Gestion et Médiation de Dettes et l’épicerie sociale Amphora.

  • le soutien à la parentalité : il s’agira de mieux soutenir les mamans grâce à la maison des enfants du CPAS qui ouvrira ses portes en 2015. Des actions spécifiques auprès des familles monoparentales seront mises en place.

Le Centre participera également à Molenbeek Métropole Culture 2014 au travers de cinq projets développés ou soutenus par le CPAS. Dans le cadre de l’appel à projets lancé en 2011 par la Fédération Wallonie-Bruxelles, la commune de Molenbeek-Saint-Jean a été choisie pour devenir la Métropole Culture de l’année 2014. Molenbeek devient ainsi la première commune bruxelloise à porter ce titre qui met à l’honneur tous les deux ans, la vitalité culturelle d’une commune de Wallonie et de Bruxelles. Les Molenbeekois, soutenus par les principaux opérateurs locaux, seront les acteurs de cette édition 2014. Notre Centre prendra ainsi part aux différentes activités en apportant notamment un soutien logistique :

  • Molenstart : le CPAS participera à l’ouverture de l’année Molenbeek Métropole Culture 2014 par le recrutement et la mise à disposition d’une quarantaine d’étudiants afin de réaliser l’activité phare, qui aura lieu le 25 janvier. Lors du spectacle de la mise en mouvement de l’éolienne 2014, les 4 éléments (eau, terre, feu, air) se croiseront en cascade et conjugueront leurs forces ;
  • Soutenir le projet sur les 4 éléments avec les écoles molenbeekoises ;
  • Soutenir un projet avec des femmes qui savent coudre, avec la collaboration d’une styliste et d’une couturière de renom ;
  • Créer un parcours photo entre l’ancien et le nouveau Molenbeek, avec la maison de repos Arcadia ;
  • Mettre en place un parcours sur les différents types de logements à Molenbeek (individuel, collectif, privé, public, etc.).

Retourner en haut de la page

Coordination sociale

Il existe à Molenbeek un réseau étendu et diversifié de services publics et privés, qui ont pour mission, chacun dans leur champ d’intervention, la lutte contre toutes les formes de pauvreté et la prévention des mécanismes d’exclusion.

Pour coordonner toutes ces actions, plusieurs instances de coordination ont été mises sur pieds à l’initiative de divers pouvoirs subsidiant et rencontrant des objectifs qui leur sont spécifiques:

  • Les groupes de planification sociale dans le domaine de la cohésion sociale 
  • La coordination « ATL » pour tout ce qui concerne l’accueil des enfants pendant leur temps libre 
  • Les groupes de coordination en matière d’insertion socio- professionnelle dans le cadre de la mission locale

Dans le cadre de l’article 62 de la loi du 8 juillet 1976,  le CPAS souhaite réactiver une coordination sociale qui agira de manière complémentaire aux autres organes de coordination actifs sur le territoire de la commune.

Les domaines d’activités visés par cette coordination seront les suivants :

  • Secteur socio-sanitaire avec les médecins et pharmaciens molenbeekois
  • Secteur de l’alphabétisation
  • Secteur de l’aide alimentaire 
  • Secteur de l’aide sociale individuelle

L’objectif prioritaire de cette coordination sociale sera de contribuer à la connaissance réciproque des services actifs dans les domaines visés et au développement de réseaux de collaboration entre ces divers services et par là même encourager des synergies entre les intervenants et développer des projets novateurs.

Retourner en haut de la page

© CPAS de Molenbeek-Saint-Jean - Rue Alphonse Vandenpeereboom 14 - 1080 Bruxelles
Tel.: 02/412.53.11 - E-mail: cpas.ocmw.1080@molenbeek.irisnet.be

Created and hosted by CIRB - Disclaimer